DEPUIS FÉVRIER 2008 Réfutation de la conversion au Christianisme par un musulman (10/10 FIN) - L’ISLAM POUR L’HUMANITE JUSQU'A LA FIN DU MONDE / DEPUIS FEVRIER 2008
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 23:36

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

Réfutation de la conversion au Christianisme par un musulman (10/10 FIN)

Du titre « Apostasie par ignorance » par Ahmed SIMOZRAG

Commentaire Ribaat

9-site-aimer-jesus.JPG

PARTIE 10 SUR 10 ET FIN :

 

Citation :

Sommaire

 

 

Suite

15/ Les Erreurs de la Bible

 

15.1 D’après l’auteur :

M. Zerbo affirme que la Bible est incorruptible et éternelle (page 19) :

« Mais elle (la Bible) est la Parole de Dieu, la révélation que Dieu a bien voulu donner à l’homme et elle s’adresse à toute personne avec toute l’autorité de son origine divine. Elle seule peut nous éclairer sur notre condition présente vis-à-vis de Dieu et sur notre avenir éternel. En un mot, elle est la Vérité (et non une vérité). La Bible n’a donc point de semblable ; » (page 15)

15.2 Réplique :

Dire que la Bible est la Vérité, c’est attribuer à Dieu des erreurs et des contradictions.

La Bible contient certes la Parole de Dieu, mais aussi la parole des hommes.

C’est d’ailleurs cette parole humaine qui explique la présence d’erreurs et de contradictions dans la Bible et c’est pour cette raison qu’on ne doit pas lire la Bible les yeux fermés.

On doit s’y appliquer attentivement afin de distinguer ce qui provient de Dieu et ce qui provient des hommes. Je ne suis pas d’accord avec certains Musulmans qui prennent prétexte de la présence d’erreurs dans la Bible pour la rejeter en bloc. Il y a des Livres dans la Bible auxquels nous devons croire en tant que Musulmans, ce n’est donc pas une raison de la rejeter ou de s’interdire sa lecture.

Je dois encore une fois souligner que les erreurs de la Bible sont le fait du temps et des hommes. On ne peut attribuer pareils défauts à l’Être Parfait et Infaillible.

15.2. 1 CONTRADICTIONS ET INCOHERENCES :

La Bible se contredit et contredit l’histoire et la science.

Elle se contredit elle-même en d’innombrables endroits, par exemple :

D’un côté, il est prescrit : fracture pour fracture, œil pour œil, dent pour dent (Lv 24.19 ; Pr 24.29), et de l’autre, si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre (Mt 5.40), ne rendez à personne le mal pour le mal (Rm 12.17)

Le premier chapitre de la Genèse contredit le second. Dans Genèse 1, Dieu créa d’abord les animaux, puis l’homme et la femme ; dans Genèse 2, Dieu créa l’homme d’abord, puis les animaux, puis la femme. On lit dans Deutéronome (27.22) : « Maudit soit celui qui couche avec sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère ! », Et dans Lévitique (18.9), « Tu ne découvriras point la nudité de ta sœur, fille de ton père ou fille de ta mère, née dans la maison ou née hors de la maison », alors qu’on est surpris d’apprendre dans le Livre de la Genèse que Sara était la demi-sœur d’Abraham, la fille de son père (Gn 20.12)

Il est légitime de s’interroger si Abraham avait, lui aussi, été touché par cette malédiction ?

La Genèse nous apprend que Caïn, après avoir tué son frère Abel, s’éloigna pour s’établir dans une autre région où il connut sa femme (Gn 4.8-17).

Pourtant, à cette époque il n’y avait pas encore d’habitants sur la terre à part la première petite famille adamique dont Caïn faisait partie. Alors d’où vint cette femme que connut Caïn ?

Selon le deuxième Livre de Samuel, David a effectué le recensement d’Israël sur l’ordre de Dieu (2S 24.1). Mais selon le premier Livre des Chroniques, c’est Satan qui incita David à dénombrer Israël (1Ch 21.1)

Le recensement a donné des résultats différents : D’un côté 800.000 hommes en Israël, tirant l’épée, et les hommes de Juda 500.000 (2S 24.9) et de l’autre 1.100.000 hommes tirant l’épée dans tout Israël et les hommes de Juda 470.000 (1Ch 21.5)

Dieu fit dire à David de choisir l’un des trois fléaux suivants : sept années de famine ou trois mois de fuite devant ses ennemis, ou bien trois jours de peste dans son pays. (2S 24.10-13)

Mais ces fléaux sont tout à fait différents selon le premier Livre des Chroniques, à savoir : trois années de famine (au lieu de sept) ou « trois mois pendant lesquels tu seras détruit par tes adversaires et atteint par l’épée de tes ennemis, ou trois jours pendant lesquels l’épée de l’Eternel et la peste seront dans le pays et l’ange de l’Eternel portera la destruction dans tout le territoire d’Israël. » (1Ch 21.11,12)

Il y a une différence énorme entre les deux versions. Lorsque David établit sa domination sur le fleuve de l’Euphrate, il battit Hadadézer, fils de Rehob, roi de Tsoba et lui prit mille sept cents (1700) cavaliers et vingt mille (20.000) hommes de pied (2S 8.3,4)

Ces chiffres ne sont pas les mêmes selon le premier Livre des Chroniques : « David lui prit mille (1000) chars, sept mille (7000) cavaliers et vingt mille (20.000) hommes de pied. » 1Ch 18.4

Dans son combat contre les Syriens, David « leur tua les troupes de sept cents (700) chars et quarante mille (40.000) cavaliers. » (2S 10.18)

Mais selon le premier Livre des Chroniques, il est fait mention de sept mille (7000) chars au lieu de 700. (1Ch 19.18)

Le deuxième Livre des Chroniques indique que Salomon avait quatre mille (4000) crèches pour les chevaux destinés à ses chars et douze mille (12000) cavaliers. 2Ch 9.25

Mais dans le premier Livre des Rois, Salomon avait quarante mille (40.000) crèches pour les chevaux destinés à ses chars, et douze mille (12000) cavaliers. 2R 4.26

Dans le premier Livre des Rois, il est écrit que Baescha, fils d’Achija régna sur tout Israël pendant vingt-quatre (24) ans. 1R 15.33

Baescha est mort après vingt-quatre ans de règne.1R 16.6 Mais le deuxième Livre des Chroniques nous apprend que Baescha, roi d’Israêl, monta contre Juda durant la trente-sixième année de son règne.

S’il était mort, comment put-il monter contre Juda ? Dans le deuxième Livre des Rois, on lit : « Achazia avait vingt-deux ans lorsqu’il devint roi, et il régna un an à Jérusalem. » 2R 8.26

Mais selon le deuxième Livre des Chroniques, Achazia avait quarante-deux ans lorsqu’il devint roi. 2Ch 22.2 Le deuxième Livre des Rois informe que Jojakin avait dix-huit ans lorsqu’il devint roi, et il régna trois mois à Jérusalem. 2R 24.8

Tandis que selon le deuxième Livre des Chroniques, il n’avait que huit ans et il régna trois mois et dix jours à Jérusalem. 2Ch 36.9

Dans le deuxième Livre de Samuel, les noms des vaillants hommes de David sont inscrits dans l’ordre suivant : Joscheb-Basschébeth, le Tachkemonite, l’un des principaux officiers. Il brandit sa lance sur huit cents hommes qu’il fit périr en une seule fois. (2S 23.8)

Mais dans le premier Livre des Chroniques, c’est Jaschobeam fils de Hacmoni qui occupe le premier rang des vaillants hommes de David. Il brandit sa lance sur trois cents hommes (et non huit cents), qu’il fit périr en une seule fois. 1Ch 11.11

D’après le premier Livre des Rois (Ch 5, verset 16), il y avait trois mille trois cents chefs chargés de surveiller les ouvriers ; mais d’après le deuxième Livre des Chroniques (Ch 2, verset 2), leur nombre était de trois mille six cents. Il y a une différence de trois cents chefs. Si l’erreur est humaine, on ne peut admettre qu’elle procède de Dieu.

Le premier Livre des Rois indique que la mer d’airain contenait deux mille baths (2Ch 7.26) ; mais le deuxième Livre des Chroniques fait mention de trois mille baths. 2Ch 4.5

Il y a mille baths de différence. Il est écrit dans Genèse, Chapitre 8, verset 4, que l’arche de Noé s’arrêta sur les montagnes d’Ararat le 7e mois. Tandis que le verset 5 du même chapitre dit que les sommets des montagnes ne sont apparus qu’au 10ème mois. Si les sommets des montagnes ne purent apparaître que le dixième mois, comment l’arche a-t-elle pu s’immobiliser le 7e mois ?

Ezéchiel assure que chacun est responsable de ses propres actes, et que les uns ne sont pas tenus pour responsables des crimes des autres (Ez 18. 1-24), alors que Luc dit qu’il sera demandé compte aux Juifs du sang de tous les prophètes, depuis Abel jusqu’à Zacharie (Lc 11.50,51) Si on fait la comparaison du deuxième chapitre d’Esdras avec le septième de Néhémie, on y trouve de nombreuses différences, en ce sens que les deux livres comportent des erreurs sur le nombre des Israélites revenus de Babylone. Tous les deux indiquent le nombre de 42.360 (Esd 2.64 ; Ne 7.66), mais en additionnant les chiffres donnés dans ces deux livres, on ne trouve pour Esdras que 29.818, et pour Néhémie 31.089

La comparaison de la généalogie de Jésus selon Matthieu et sa généalogie selon Luc révèle de nombreuses divergences : Matthieu dit que Joseph (l’époux légendaire de Marie) était fils de Jacob (Mt 1.16), alors que selon Luc, il est le fils d’Héli (Lc 3.23,24).

D’après Matthieu, Jésus descend de Salomon, fils de David (Mt 1.7), mais selon Luc il descendrait de Nathan, fils de David (Lc 3.31,32) Selon Matthieu, Salathiel est fils de Jéchonias (Mt 1.12), mais d’après Luc, il est le fils de Néri (Lc 3.27) Selon Matthieu, le nom du fils de Zorobabel s’appelle Abiud (Mt 1.13), et d’après Luc, il s’appelle Rhésa (Lc 3.27)

Matthieu et Luc s’efforcent de faire dépendre Jésus de la lignée de David afin d’accréditer la fausse prophétie selon laquelle Jésus doit s’asseoir sur le Trône de son père David (Actes 2.30)

Pourtant, les deux généalogies sont fausses car elles incluent Joseph qui n’est pas le père de Jésus. Je ne vois absolument pas le rapport entre Jésus qui est né d’un miracle et Joseph le charpentier dont le seul lien avec Jésus se limite à un prétendu mariage avec Marie, la mère de Jésus.

Selon Matthieu, Jésus rencontra deux aveugles et les guérit (Mt 20.30-34), mais selon Marc, Jésus n’a rencontré qu’un seul aveugle nommé Bartimée (Mc 10.46-53). Selon Matthieu, Jésus, en passant à l’autre bord du lac de Galilée dans le pays des Gadaréniens, rencontra deux démoniaques et il les guérit (Mt 8. 28-34), mais selon Marc (5.1-14) et Luc (8.26-33), il n’a rencontré qu’un seul démoniaque qu’il guérit.

Marc dit que Jean Baptiste se nourrissait de miel et de sauterelles (Mc 1. 6,7), mais Matthieu rapporte que Jean Baptiste ne mangeait ni ne buvait (Mt 11.18) D’un côté, Jésus avoue que son témoignage de soi-même n’est pas vrai (Jn 5.31) et de l’autre, il affirme que son témoignage de soi-même est vrai (Jn 8.14).

Marc rapporte la guérison d’un seul sourd-muet par Jésus (Mc 7.32-37), alors que Matthieu fait état d’une grande foule où il y avait « des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit. » (Mt 15.30,31)

Selon Matthieu, Jésus dit à Pierre : « Et moi je te dis que tu es pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux » (Mt 16.18-20)

Mais, un peu plus loin, dans le même chapitre, Jésus s’emporte contre Pierre : « Arrière de moi, Satan ! Tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. » (Mt 16.23) Luc rapporte ces paroles de Jésus à Pierre, Jacques et Jean : « Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés. Car le Fils de l’homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver. » (Lc 9.56)

Mais un peu plus loin, Jésus dit : « Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu’ai-je à désirer, s’il est déjà allumé ? Il est un baptême dont je dois me baptiser, et combien il me tarde qu’il soit accompli ! Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre ? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois ; le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. » (Lc 12.49-53)

Selon Matthieu 2.16, Hérode, en apprenant la naissance du Messie, fait massacrer les enfants de moins de deux ans. Pourtant, l’histoire n’a enregistré aucun massacre sous Hérode ! Aucun historien de l’époque n’en a jamais entendu parler et d’ailleurs Luc non plus qui n’est pourtant pas avare de détails sur le sujet.

Cette histoire a été directement tirée de l’histoire du pharaon d’Egypte qui ordonna le massacre des garçons à la naissance au temps de Moïse. On se demande comment Jean Baptiste, qui a le même âge que Jésus a échappé « au massacre » ?

Jean rapporte que Jésus avait commencé son ministère avant que Jean Baptiste n’eut été mis en prison (Jn 3.24), mais Marc dit le contraire, en ce sens que Jésus ne commença à prêcher qu’après l’arrestation de Jean Baptiste. (Mc 1.14) Matthieu rapporte que Jésus interdit aux Apôtres de prendre un bâton (Mt 10.9-10), mais Marc dit que Jésus leur permit de prendre un bâton (Mc 6.8)

On lit dans Matthieu que le centenier se présenta lui-même à Jésus et le pria de guérir son serviteur (Mt 8.6), mais selon Luc, le centenier ne se présenta pas lui-même à Jésus, il lui envoya « quelques anciens des Juifs pour le prier de venir guérir son serviteur. » (Lc 7.2,3)

On lit dans Jean (3.13) : « Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel », ceci est en contradiction avec d’autres versets de la Bible affirmant que Hénoc et Elie sont montés au ciel (Gn 5.24 ; 2R 2.1) Matthieu rapporte le voyage de Joseph, Jésus et Marie en Égypte (Mt 2.14).

Ce récit, dont les autres évangiles n’ont pas parlé, est en parfaite contradiction avec le récit du départ à Jérusalem pour la présentation au Seigneur (Luc 2.23). Comme d’habitude, ce récit a été inventé pour tenter de répondre à une prophétie de l’Ancien Testament : « Et j’appelai mon fils hors d’Égypte. » (Os 11.1)

Matthieu rapporte que Joseph et Marie s’installent à Nazareth à leur retour d’Égypte (Mt 2. 23), ceci est en contradiction avec Luc chez qui ils sont partis de Nazareth pour aller à Bethléem (Lc 2.4).

« Il se retira dans le territoire de la Galilée et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes : Il sera appelé Nazaréen. » (Mt 2.23)

L’auteur fait naître Jésus à Nazareth (qui n’existe pas à cette époque) pour répondre à Juges (13.5) : « car le jeune garçon sera nazaréen de Dieu dès le ventre de sa mère » ce qui ne veut pas dire qu’il habite à Nazareth ! Mais qu’il est un naziréen consacré à Dieu.

On lit dans Matthieu (27.7) « ils achetèrent avec cet argent le champ du potier. » Matthieu a écrit cette parabole pour suivre la prophétie de Zacharie (11.13). Malheureusement, Matthieu n’a visiblement rien compris à Zacharie : « jeter l’argent au potier » signifie : « repousser avec dédain. »

Matthieu a donc construit cette histoire sur une fausse interprétation. Ce qui prouve que le Nouveau Testament a été pensé et construit pour répondre à l’Ancien Testament qui est lui-même plein de légendes.

Dans Actes des Apôtres (1.18), on apprend que Judas est mort d’une chute et toutes ses entrailles se sont répandues. Mais Matthieu dit que Judas s’est suicidé par pendaison (Mt 27.5). (Ribaat : le Démon Juda Iscariote fut crucifier (peine de mort romaine) avec « l’apparence de Jésus » en réponse à son complot contre Jésus, Allah fait bien les choses, voir Evangile de Barnabé et le Coran)

Les Actes des Apôtres 9.7, font savoir que les compagnons de Paul, lors de la vision du seigneur, l’entendent mais ne le voient pas. Ceci est en contradiction avec 22:9 du même Livre où les compagnons de Paul le voient mais ne l’entendent pas ! (Ribaat : Paul, le persécuteur des vrais chrétiens adorateurs d’Allah SANS ASSOCIE à l’époque, Ce Paul imposteur de son vrai nom Saul, Paul le menteur à vue une vision certes : mais c’été une vision démoniaque !)

Paul dit que le Christ est ressuscité et apparu à Céphas, puis aux douze (1Co 15.5), mais à ce moment-là, le nombre des Apôtres était réduit à onze, Judas étant déjà mort avant cette apparition. C’est pour cette raison que Marc dit : « Il apparut aux onze, pendant qu’ils étaient à table. » (Mc 16.14)

On lit dans Luc (14.26) : « Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. »

Cette parole est en contradiction avec une autre parole de Jésus qui dit : « Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère, et : celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. » (Mt 15.4)

Marc et Matthieu évoquent deux comparutions devant le Sanhédrin, Luc une, et Jean aucune. A la date indiquée par les évangélistes (la nuit précédent la Pâque), il était interdit au Tribunal de siéger.

Selon Matthieu 2.1 Jésus Christ est né sous Hérode, mais selon Luc 2.2-7 Jésus est né sous Quirinus. Pourtant Hérode est mort en -4 et Quirinus a été nommé en +6 ! C’est embarrassant pour les Chrétiens !

Les circonstances de « l’arrestation de Jésus » sont rapportées différemment par les Evangélistes : Matthieu raconte que Judas leur avait donné ce signe : « Celui que je baiserai, c’est lui ; saisissez-le. Aussitôt, s’approchant de Jésus, il dit : Salut, Rabbi ! Et il le baisa. Jésus lui dit : Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le. Alors ces gens s’avancèrent, mirent les mains sur Jésus et le saisirent. » (Mt 26.48-50)

Alors que Jean dit : « Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s’avança et leur dit : Qui cherchez-vous ? Ils lui répondirent : Jésus de Nazareth, Jésus leur dit : C’est moi. Et Judas, qui le livrait, était avec eux. Lorsque Jésus leur eut dit : c’est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre. » (Jn 18. 4-6) Les récits sur le dernier souper divergent entre les Evangiles synoptiques (Matthieu, Marc et Luc) et l’Evangile selon Jean. (Ribaat : Juda entra le premier dans la maison ou se trouver Jésus et les 11 Apôtres, Allah ayant déjà élevé Jésus, Transforma Juda en « Jésus », les romains entre, et saisir Juda en apparence de « Jésus », Juda leur disait avec force que ce n’est pas moi Jésus, les romains riaient et humilier Juda en passant que c’été « Jésus », les 11 Apôtres ont put fuir et sortir indemne de ce complot, conformément à l’invocation de JESUS auparavant, enfin le misérable Juda fut mit sur la croix de la mort : LISEZ D’URGENCE L’EVANGILE DE BARNABE)

D’après les synoptiques, Jésus avait mangé la Pâque avec ses disciples et l’arrestation eut lieu après le souper (Mt 26. 17-29 ; Mc 14.12-31 ; Lc 22.7-23), mais selon Jean, l’arrestation eut lieu avant qu’ils n’aient mangé la Pâque : « ils n’entrèrent pas eux-mêmes dans le prétoire, afin de ne pas se souiller, et de pouvoir manger la Pâque. » (Jn 18.28)

Jean rapporte que le porteur de la croix était Jésus lui-même (Jn 19.17), mais selon Matthieu, Marc et Luc, le porteur de la croix était Simon de Cyrène (Mt 27.32 ; Mc 15.20 ; Lc 23.26)

Matthieu et Luc affirment que « Jésus » était sur la croix à la sixième heure (Mt 27.45 ; Lc 23.44), Marc dit à la troisième heure (Mc 15.25-33) et Jean assure qu’en ce temps-ci, c’est-à-dire à lasixième heure, Jésus était encore chez Pilate (Jn 19.14)

On lit dans Marc (15.23) qu’on donna à Jésus, sur la croix, un vin mêlé de myrrhe, mais il ne le prit pas. Mais d’après Jean, on lui donna du vinaigre et il en but (Jn 19.29-30).

Matthieu et Marc disent que les deux bandits crucifiés avec Jésus l’injuriaient (Mt 27.38, 44 ; Mc 15.27,32), mais selon Luc, l’un des deux bandits l’injuriait, tandis que l’autre le consolait (Luc 23.39-43)

On relève des divergences sur le cri du désespoir sur la croix : Selon Marc et Matthieu « Jésus » cria d’une voix forte : Eloï, Eloï, lama sabaqtani ! ce qui signifie : Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mt 27.46 ; Mc 15.34), tandis que selon Luc : « Jésus » poussa un grand cri, il dit : ‘‘Père, entre tes mains, je remets mon esprit.’’. Et sur ces mots, il expira. » (Luc 23.46) Alors que selon Jean : « Jésus dit : ‘‘tout est achevé’’ et inclinant la tête, il remit l’esprit. » (Jn 19.30)

La visite du tombeau est rapportée différemment par les Evangélistes : Matthieu affirme qu’il y avait au tombeau deux femmes : Marie et Marie de Magdala, qu’un ange descendit du ciel, vint rouler la pierre, et s’assit dessus (Mt 28.1-10), tandis que Marc dit qu’il y avait trois personnes au tombeau, les deux Marie et Salomé, lesquelles ont trouvé la pierre déplacée et un jeune homme vêtu d’une robe blanche assis à l’intérieur du tombeau, à droite (Mc 16.1-8), mais selon Luc, plusieurs personnes s’étaient rendues au tombeau : Marie de Magdala, Jeanne, Marie, mère de Jacques et quelques personnes les accompagnaient, la pierre était roulée, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants (Luc 24.1-10), alors que Jean dit que seule Marie de Magdala se rendit au tombeau, elle courut vers les disciples pour leur dire : « ils ont enlevé du tombeau le corps du Seigneur » (Jn 20.1,2)

15.2.1.1 La Bible contredit l’histoire et la science :

Selon le premier Livre de la Genèse, chapitres 5, 7, 11, 21 et 25, la création d’Adam remonte à environ cinq mille ans. Mais les fouilles archéologiques révèlent, grâce à l’utilisation de la méthode de datation au carbone 14, l’existence d’éléments prouvant l’apparition de l’Homme sur la terre depuis plus d’un million d’années.

A ce propos, l’encyclopédie britannique signale l’existence de différences considérables entre la version samaritaine, la version grecque et la version hébraïque, par rapport notamment à la période du début de la création jusqu’à la naissance d’Abraham. La version hébraïque fixe à 1656 ans la période du commencement de la création jusqu’au Déluge, tandis que la même période totalise 1307 ans selon la version samaritaine, alors que la version grecque l’estime à 2262 ans. Les données de l’histoire de la création fournies par la Bible sont très en deçà de la réalité, compte tenu, souligne l’encyclopédie, des chiffres fournis par l’analyse des monuments égyptiens et babyloniens sur l’apparition de l’Homme sur terre.

La création de l’univers est décrite dans la Genèse de manière incompatible avec les données de la science. En effet, on ne peut admettre l’affirmation selon laquelle la lumière fut créée au premier jour (Gn 1. 3-5), tandis que les sources directes et indirectes de cette lumière telles que le soleil, les étoiles, la lune, ne fussent créées qu’au quatrième jour (Gn 1.14-19).

On ne peut pas admettre non plus que la terre produisit de la verdure, de l’herbe et des arbres au troisième jour (Gn 1.11-13), tandis que le soleil, élément essentiel à la vie des plantes, ne fut créé qu’au quatrième jour. Dans Genèse (2.17), il est écrit : « mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras », cette menace ne fut pas exécutée, car Adam vécut plus de neuf cents ans après avoir mangé de l’arbre défendu.

Le même Livre de la Genèse nous apprend cette parole de Dieu : « Mon esprit ne contestera pas à toujours avec l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. » (Gn 6.3)

On constate cependant que les vies des premiers hommes dépassèrent de beaucoup les cent vingt ans : Noé vécut 950 ans Sem 600 ans, Arpaschad 438 ans, Schelach 433 ans, Heber 464 ans, Peleg 239 ans, etc

15.2.2 La Bible enseigne le racisme et l’esclavage :

A l’opposé de ce que nous avons mentionné plus haut sur la condamnation du racisme par la Bible, on est stupéfait de constater que certains versets encouragent le racisme et l’esclavage. Au point où l’on s’interroge si Dieu est pour tous les humains ou seulement pour certains ? Comparez Psaumes 145, Hébreux 12. 23 et Exode 5.3.

« L’Eternel soutient tous ceux qui tombent [...] L’Eternel est près de tous ceux qui L’invoquent... » Ps 145. 8-20 « ...du juge qui est le Dieu de tous... » He 12.23

« Ils disent : le Dieu des hébreux nous est apparu » Ex 5.3 « Mais vous, l’Eternel vous a pris, et vous a fait sortir de la fournaise de fer, de l’Egypte, afin que vous fussiez un peuple qui lui appartient en propre, son héritage comme vous l’êtes aujourd’hui. » Dt 4. 20

« maudit soit Canaan, qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères !...Béni soit l’Eternel, Dieu de Sem, et que Canaan soit leur esclave ! Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit leur esclave ! » Gn 9.25-27

Cham, père de Canaan, est présenté comme l’ancêtre putatif de la race noire. Ainsi, arguant de la malédiction de Canaan, nombreux sont ceux qui ont justifié l’esclavage des noirs à l’aide de la Bible. La Bible a de tout temps servi de « document accréditif » autorisant la traite des noirs pendant des siècles :

« ... ‘‘cette nation porte sur le visage une malédiction temporelle, et est héritière de Cham, dont elle est descendue ; ainsi elle est née à l’esclavage de père en fils, et à la servitude éternelle (...) la prière de Noé est entérinée : Dilatet Dominus Japhet (Que Dieu mette Japhet au large), etc. Dieu a épandu les Européens dans l’Amérique pour habiter les demeures des Américains, descendus de Sem ; et les descendants de Cham, qui sont des nègres africains, les y servent.’’ (...) La malédiction de Cham est et reste l’argument fondamental des esclavagistes. Colons et négriers anglais et hollandais ne sont pas les seuls à tirer profit des arrangements apportés à pareille fatalité historique : l’esclavagisme français, tout comme l’espagnol, enjolive avec ferveur le testament de Noé...  »

Ces versets sont en contradiction flagrante avec les versets ci-dessus interdisant le racisme.

15.2.3 La Bible autorise la pratique de l’usure contre les étrangers :

« Tu n’exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent, ni pour vivres, ni pour rien de ce qui se prête à intérêt. Tu pourras tirer un intérêt de l’étranger, mais tu n’en tireras point de ton frère. » Dt 23. 19,20

Ce verset est aussi en contradiction flagrante avec les versets ci-dessus interdisant les intérêts bancaires et l’usure.

15.2.4 Pillage et massacre des étrangers considérés comme des êtres impurs, seul Israël constitue une race élue :

La Bible nous présente un Dieu qui ne se préoccupe que de la race élue d’Israël, à l’ exclusion des autres nations et des étrangers qui sont toujours l’objet de mépris, de persécutions, d’esclavage et de massacres.

« Ils s’avancèrent contre Madian, selon l’ordre que l’Eternel avait donné à Moïse ; et ils tuèrent tous les mâles (...) Les enfants d’Israël furent prisonnières les femmes des Madianites avec leurs petits enfants, et ils pillèrent tout leur bétail, tous leurs troupeaux et toutes leurs richesses. Ils incendièrent toutes les villes qu’ils habitaient et tous leurs enclos... » Nb 31. 7-11

« Josué dit au peuple : Poussez des cris, car l’Eternel vous a livré la ville ! La ville sera vouée à l’Eternel par interdit, elle et tout ce qui s’y trouve ; mais on laissera la vie à Rahab la prostituée et à tous ceux qui seront avec elle dans la maison, parce qu’elle a caché les messagers que nous avons envoyés (...) Le peuple monta dans la ville. Ils s’emparèrent de la ville, et ils dévouèrent par interdit, au fil de l’épée, tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu’aux bœufs, aux brebis et aux ânes (...) Ils brûlèrent la ville et tout ce qui s’y trouvait. » Jos 6.16-24 Quel est ce Dieu qui ordonne de semer la mort et la désolation ?

Est-ce vraiment Dieu qui commande d’exterminer les femmes et les enfants ? « Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. » Dt 20.16

« Lorsqu’Israël eut achevé de tuer tous les habitants d’Aï dans la campagne, dans le désert, où ils l’avaient poursuivi, et que tous furent entièrement passés au fil de l’épée, tout Israël revint vers Aï et la frappa du tranchant de l’épée. Il y eut au total douze mille personnes tuées ce jour-là, hommes et femmes, tous gens d’Aï. » Jos 8.24,25

« Vous frapperez toutes les villes fortes et toutes les villes d’élite, vous abattrez tous les bons arbres, vous boucherez toutes les sources d’eau, et vous ruinerez avec des pierres tous les meilleurs champs. » 2R 3.19 Est-ce Dieu qui ordonne d’abattre les arbres, de boucher les sources d’eau et de détruire les champs ?

« Aucun étranger ne mangera des choses saintes ; celui qui demeure chez le sacrificateur et le mercenaire ne mangeront point des choses saintes... » Lv 22.10 ; Ex 12.43 « ...afin qu’aucun étranger à la race d’Aaron ne s’approche pour offrir du parfum devant l’Eternel. » Nb 16.40 « Je les purifiai de tout étranger... » Ne 13.30 « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte... » 1P 2.9

« Est-il sur la terre une seule nation qui soit comme ton peuple, comme Israël, que Dieu est venu racheter pour en former son peuple...Tu as affermi ton peuple d’Israël, pour qu’il fût ton peuple à toujours ; et toi, Eternel, tu es devenu son Dieu (...) Et que l’on dise : l’Eternel des armées est le Dieu d’Israël. » 2S 7. 23-27 ; 1Ch 17.21 Alors que la même Bible enseigne que Dieu ordonne l’amour du prochain et interdit d’opprimer l’étranger : « Tu ne maltraiteras point l’étranger, et tu ne l’opprimeras point. » Ex 22.21 « Tu n’opprimeras point l’étranger » Ex 23.9 « Vous aimerez l’étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte. » Dt 10.19

15.2.5 Mensonges et blasphèmes

Comment se fait-il que Dieu regrette d’avoir créé l’homme et décide de l’anéantir de la face de la terre ? Gn 6.5-8

La Bible accuse le prophète Haroun, frère de Moïse, d’avoir façonné la statue du veau d’or que les enfants d’Israël ont adorée pendant l’absence de Moïse. Ex 32.1-6

Le Prophète Salomon est qualifié de polythéiste à l’époque de sa vieillesse. Ses épouses l’entraînèrent vers d’autres dieux et « son cœur ne fut point tout entier à l’Eternel. » 1R11.1-11

15.2.6 Prophéties non réalisées :

Jésus promit son retour avant que ses disciples n’aient terminé leur mission :

« Je vous le dis en vérité, vous n’aurez pas achevé de parcourir les villes d’Israël, que le fils de l’homme sera venu. » Mt 10.23 « Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu’ils n’aient vu le fils de l’homme venir dans son règne. » Mt 16.28 ; Mc 9.1 C’est pourquoi beaucoup de disciples, ayant cru au retour promis de Jésus, en ont parlé à leur entourage et vainement attendu malheureusement.

La fin du monde arrivera dans moins d’une génération : Après avoir parlé des tourments de la fin du monde, Jésus dit à ses disciples : « Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point que tout cela n’arrive. » Mt 24.34 On lit dans Marc (9.1) « Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu’ils n’aient vu le royaume de Dieu venir avec puissance. » Paul croyait faire partie de ceux qui assisteront à l’événement. Il le dit clairement dans 1Thessaloniciens (4.15), affirmant qu’il sera vivant au moment de la venue de Jésus-Christ !

M. Zerbo invoque cette chimère de Paul comme argument à l’appui de sa théorie, je cite : « Enfin, la Bible, parole de Dieu offre aux croyants cette précieuse certitude pour le futur : ‘‘Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons enlevés ensemble avec eux (les croyants en Christ ressuscités) dans les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur’’ (1 Thessaloniciens 4 :7) »

Cette prophétie s’est-elle réalisée à l’époque de Paul et de certains Apôtres ? La réponse est non. Erreur dans l’erreur !

Judas le traître sera avec Jésus au Paradis ? « Je vous le dis en vérité, quand le fils de l’homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m’avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes et vous jugerez les douze tribus d’Israël. » Mt 19.28

Judas a-t-il, lui aussi, bénéficié du salut ? Dans ce cas, comment concilier ce privilège avec le titre de ‘‘fils de la perdition ’’qui lui a été attribué à la suite de la trahison.

15.2.7 Dépravation sexuelle :

Comment ne pas s’étonner d’apprendre que «  prophètes et leurs enfants » trempaient dans la débauche sexuelle la plus abjecte ?

Ainsi, le prophète David commit le péché d’adultère avec la femme de son soldat Urie le Héthien. 2S 11.1-27

Les filles de Loth firent boire du vin à leur père et couchèrent avec lui tour à tour. Gn 19.30-38 Dina, la fille de Jacob a été enlevée en plein jour et violée par Sichem, fils de Hamor. Gn 34.1-3 Juda prit sa bru Tamar pour une prostituée et coucha avec elle. Elle devint enceinte de lui et donna naissance à deux jumeaux (Gn 38.15-30) dont l’un Pharès était, selon l’Evangile de Matthieu un des grands-parents de Jésus Christ. Mt 1-3

Amnon, fils de David, tomba amoureux de sa sœur Tamar. Il monta un subterfuge pour la faire venir dans sa chambre et la violer. Il fit le malade et exigea que sa sœur Tamar lui apporte la nourriture et pas quelqu’un d’autre. Quand elle lui apporta les mets dans sa chambre, il la saisit et la viola. 2S 13.1-21

Absalom fils de David alla coucher avec les concubines de son père ‘‘sous les yeux de tout Israël’’. 2S 16.20-23 De plus, quel rapport y a-t-il entre un livre saint censé contenir la parole de Dieu et des poèmes érotiques tendant à exciter l’instinct sexuel, tel ce cantique qui ne parle que de belles filles, d’amour, de baisers, d’amies, de bien-aimés à l’exemple de cette fille qui quitte son lit en plein nuit pour faire le tour de la ville à la recherche de celui qu’elle aime... ? Ct 3.1-5

Ou cette métaphore sexuelle qui, faisant allusion aux villes de Samarie et de Jérusalem, décrit de manière honteuse la débauche de deux prostituées dont on a peloté les seins, tripoté les poitrines et dévoilé la nudité. Ez 23 ; 16.1-41

La Bible condamne l’homosexualité (Lévitique 18.22 ; 20.13), et pourtant...David se révèle être un homosexuel à travers ses propos équivoques qu’il écrit dans le cantique funèbre quand il apprit la mort de Jonathan, fils de Saül : « Je suis dans la douleur à cause de toi Jonathan, mon frère, tu faisais tout mon plaisir ; ton amour pour moi était admirable, au-dessus de l’amour des femmes. » 2S 1.26

15.2.8 Plagiat et répétitions :

La Bible contient plusieurs chapitres et versets qui se répètent. Est-ce qu’il s’agit de fautes d’impression ou bien de plagiat qui serait le fait des copistes et des éditeurs ?

1°) Le Chapitre 37 d’Esaïe est une répétition mot à mot (un plagiat) du chapitre 2Rois 19

2°) Les 19 derniers versets d’Esaïe 36 (de 4 à 22) sont également un plagiat des 19 derniers versets de 2 Rois 18 (du verset 19 au verset 37).

3°) Les 8 versets d’Esaïe39 sont la répétition des 8 versets 12-19 de 2Rois 20 Il en est ainsi du chapitre 52 de Jérémie qui n’est autre que 2R 24.18, 25.1-30. De même que 2Samuel 22 est un plagiat du Psaume 18. Esdras 1.1-3 est une reproduction de 2Ch.36.22-23 Esdras 2 est littéralement le même que Néhémie 7.6-72 Proverbes 14.12 est une répétition de Proverbes 16.25 ; de même que 28.12 est une répétition de 28.28 du même livre. En outre, il y a beaucoup de ressemblances entre le livre de Jonas et ceux de Jérémie et Ezéchiel dont il reprend les mêmes développements.

 

16/ Conclusion

Dans cette partie finale de mon message, je me fais un devoir d’inviter mon frère Saye Zerbo et à travers lui tous les frères qui ont abdiqué leur religion à reconsidérer leur décision.

Si les motifs de leur conversion au Christianisme s’expliquent vraiment par la recherche du salut, c’est sûrement dans l’Islam qu’ils trouveront le salut ; si au contraire leur conversion était motivée par l’amour du Christ, c’est par le biais de l’Islam qu’ils peuvent se rapprocher du Christ ; à l’instar de tous les prophètes, Jésus-Christ était soumis à Dieu, donc musulman, il n’a pas créé une religion propre à lui qui serait baptisée Christianisme.

J’invite donc mes frères au repentir afin qu’ils puissent bénéficier de l’énorme récompense réservée à ceux qui reconnaissent leur tort et qui s’en repentent.

Le fait d’avoir agi par ignorance ne peut en aucun cas être considéré comme un péché et si on revient sur sa décision, le péché ou la mauvaise action se transforme en bonne action, cela est clairement annoncé dans le Coran : « ... sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre ; ceux-là Dieu changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. » CORAN s25, v70

Je pourrais faire appel à mes frères dans le cadre du dialogue Islamo-Chrétien et leur dire conformément au verset du Coran : « Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions qu’Allah, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour des seigneurs en dehors d’Allah. ».

Néanmoins à leur égard, je préfère adopter une approche plus familière car leur appartenance naguère à l’Islam me fait toujours croire qu’ils gardent des liens tant spirituels qu’affectueux envers leur ancienne religion.

M. Zerbo dit que les Musulmans et les Chrétiens doivent s’entendre, « se retrouver sur ce qui est essentiel : le salut de l’âme ». Il est conscient du bien fondé de la religion d’Abraham ; il cite à la page 27 de son ouvrage le verset : « et qui peut se désintéresser de la religion d’Abraham sinon celui qui n’a pas le sentiment de sa dignité » 2.136

Je suis entièrement d’accord et probablement tous les Musulmans aussi. Mais le Christianisme est-il conforme à la religion d’Abraham ? Abraham croyait-il à la Trinité ? Adorait-il le Père, le Fils et le Saint Esprit ? Mangeait-il la viande du porc ? Etait-il incirconcis ?

La réponse est certainement Non.

La religion d’Abraham est incarnée par l’Islam qui prône le monothéisme pur. Revenir à l’Islam, c’est réaffirmer sa Chrétienté, c’est rendre hommage à Jésus ; la plupart des Chrétiens convertis à cette religion ont affirmé qu’en Islam ils se sentent plus Chrétiens qu’avant.

Il suffit de jeter un coup d’œil sur l’actualité mondiale pour constater que l’Islam progresse alors qu’il est en butte à des attaques tous azimuts y compris sur son propre terrain. Et le Christianisme recule malgré les moyens considérables mis à sa disposition.

Selon une étude récente présentée au Colloque Œcuménique des Eglises (COE) tenu à Londres le 9 juillet 2002, la fréquentation des églises en Grande-Bretagne a diminué d’environ 20% entre 1987 et 1999,  

Plus de 43 millions de français n’entretiennent aucun lien réel avec une église chrétienne et seulement 5% possèdent une Bible.

Les statistiques indiquent que la France comptait quarante-sept mille prêtres en 1945, vingt-cinq mille en l’an 2000, et comptera seulement huit mille à dix mille en 2005. Le taux de fréquentation des églises a baissé de façon dramatique de sorte qu’il se situe à moins de quatre pour cent dans plusieurs pays d’Europe.

Si la situation diffère quelque peu en Afrique, c’est uniquement à cause des capitaux énormes investis au titre des activités missionnaires. Alors que la fréquentation des mosquées est partout à son maximum.

On peut rétorquer que la vérité ne se mesure pas à l’aune de la quantité, d’accord dirais-je, mais une religion qui tient la route malgré les obstacles de tous ordres, cela veut dire qu’elle est soutenue par Dieu ;

Quel est le mal ou l’inconvénient qui pourrait déplaire au Musulman à tel point qu’il abandonne sa religion ? Peut-être l’absence de charité ? Cela est dû à l’inorganisation de la communauté musulmane, certes mais également au fait que l’Islam, en tant que Vérité, n’accepterait pas d’être traité comme une marchandise qui se vend et s’achète avec de l’argent, de sorte qu’on le quitte une fois qu’il n’y a plus d’argent. L’Islam propose le Paradis à ceux qui l’embrassent et leur laisse le choix.

« Dis : la Vérité émane de votre Seigneur, croira qui voudra et niera qui voudra ! » CORAN s18, v29 La foi musulmane, c’est la croyance étendue à tous les Livres et à tous les prophètes ; elle embrasse de ce seul fait toutes les religions et toutes les vérités si on peut employer ce mot au pluriel. Or, il est pour le moins anormal d’abandonner le tout pour la partie, l’ampleur pour l’étroitesse, l’univers pour un îlot.

C’est uniquement dans un esprit de bienveillance que j’invite mes frères à retourner chez eux, c’est-à-dire à la maison Islam. C’est seulement dans le souci de leur éviter les désagréments d’un choix déraisonnable qui, de surcroît, pourrait être lourd de conséquences. Mon seul souhait est de leur montrer la vraie voie du Salut, autrement dit : l’Islam n’est pas ma propriété et chacun est personnellement responsable de son choix et de ses actes, « nul ne portera le fardeau d’un autre. »

Rien, en effet, ne justifie l’abandon d’une religion qui est celle d’Abraham, Jacob, Issac, Moïse, Isaïe, Zacharie, Jean Baptiste et de Jésus (paix sur eux tous) pour s’aventurer dans un système de croyance truffé de contrevérités et d’incertitudes. Satan, opérant avec une maffia aux plus hauts niveaux de la planète, s’ingénie à détourner les gens de la Vérité. (Ribaat : Un bref aperçu de cette maffia de hauts nivaux sur terre pour un vil temps certes, mais inchaAllah dans les bas fond de l’Enfer Eternel : « à notre époque pour ne citer que eux » : Les Chefs Jésuites donneur d’ordre démoniaque du Vatican, leurs exécutants les Illuminati et leur soutien les Franc-maçons : avec de multitude allié démoniaque)

Ainsi, des propagandes sont fomentées contre l’Islam pour inciter certains de ses fidèles à l’abandonner de sorte que cette maffia puisse s’emparer d’eux et spéculer sur leur foi, leur personne, et sur leur âme.

Cette même maffia sait pertinemment que l’Islam est la voie du salut ; elle est mieux informée et plus instruite que quiconque par l’histoire et par la science, mais chaque fois qu’il y a une découverte sur la vérité du Coran ou sur un signe divin quelconque dans l’espace, elle fait tout pour la camoufler et ce n’est pas les artifices qui manquent pour ce faire.

Avant de clore ce message, je prie Dieu de vous inspirer la bonne résolution, et vous demande de bien vouloir noter la chose suivante :

Il viendra très probablement un jour où ceux qui furent à l’origine de votre conversion au Christianisme se convertiront eux-mêmes à l’Islam ; et vous vous retrouveriez seul là où ils vous ont emmenés. Cela s’est déjà produit et pourra se produire encore. L’homme peut sentir le déclic de la vérité même au dernier instant de sa vie.

Nous rendons grâces à Dieu de nous avoir délivrés des abîmes de la perdition par l’envoi de Son Prophète Muhammad (paix et salut sur lui).

Bien fraternellement

Ahmed SIMOZRAG

Source :  http://islammedia.free.fr/Pages/christianisme.html 

 

 

NOUS AVONS BESOIN D’ALLAH :

L’EVANGILE DE BARNABE EN TELECHARGEMENT ICI :

http://islammedia.free.fr/livres/35_evangile_de_Barnabe.pdf 

http://islammedia.free.fr/Pages/barnabe.html 

http://www.aimer-jesus.com/evangile_barnabe_texte.php

 

IL N’Y A DE DIEU QUE ALLAH

MOHAMMED ET JESUS SONT LES MESSAGER D’ALLAH

Partager cet article

Repost 0

Presentation

  • : L’ISLAM POUR L’HUMANITE JUSQU'A LA FIN DU MONDE / DEPUIS FEVRIER 2008
  • L’ISLAM POUR L’HUMANITE JUSQU'A LA FIN DU MONDE / DEPUIS FEVRIER 2008
  • : RIBAAT: Aux Musulmans et Musulmanes, voulant réveiller la Ummah! Aux Gens du Livre (Juifs et Chrétiens), voulant enfin marcher sur le Chemin Droit et connaitre la Vérité! Aux Athées voulant enfin connaître leurs Créateur! A tous les autres voulant vivre dans la miséricorde d’Allah Une seule et unique solution: Le Rappel du Message de l'Islam!: Pas de dieu autre que Allah, L’Unique et sans Associé, Et Mohammed s.a.w est le Messager d’Allah.LA ILAHA ILALLAH MOHAMMADAN RASOULOULAH
  • Contact

Rechercher